Innovation et société – Les faits marquants 2016

Décembre 2016

Les opérateurs satellite à l’affût pour la 5 G

Sur quelle forme d’ondes doivent miser les opérateurs satellite s’ils veulent capter demain une partie du marché des applications 5 G ? C’est le sujet d’une étude confiée par le CNES au Leti. Elle évalue quatre formes d’ondes candidates : OFDM, EW-OFDM, PS-OFDM et FBMC.
La forme d’onde retenue devra permettre un partage sans interférences entre les bandes terrestre et satellite dévolues à la 5 G. Seront notamment évalués les émissions dans les bandes adjacentes, l’efficacité spectrale, le rapport pic de puissance sur puissance moyenne.
La 5 G, dont la normalisation est déjà en cours, offrira de très hauts débits. Elle sera le standard de communication de l’internet des objets, de la voiture connectée etc. L’étude, qui sera bouclée en mars prochain, porte donc sur des enjeux importants.

Les switches MEMS RF grenoblois prêts pour le spatial

Applications spatiales du futur ? Il est trop tôt pour le dire, mais tout a été fait pour y parvenir. En particulier, les chercheurs ont réussi à intégrer à ces switches un packaging collectif en couche mince. Il leur donne un net avantage concurrentiel par rapport au packaging individuel : encombrement réduit, coût de fabrication plus faible, performances électriques à l’état de l’art.
Ce packaging en couche mince, qui protège le switch des contaminations, n’altère en rien les performances du composant par rapport à celle d’un switch nu évalué sous atmosphère contrôlée et garantit sa fiabilité. 150 exemplaires packagés ont été fournis à la demande de l’ESA, qui évalue actuellement les technologies européennes de switches MEMS RF.

OMNT : les articles de veille se partagent désormais en ligne

Le nouveau site web de l’Observatoire des micro et nanotechnologies (OMNT) propose désormais d’accéder aux articles de veille que le réseau d’experts commente et publie au fil de l’eau. Qu’il s’agisse des chroniques (actualité), des notes de synthèses (un sujet décrypté en une page) ou des dossiers (études approfondies), tous les articles peuvent être diffusés par courriel ou exportés en PDF. Il est également possible de télécharger la synthèse annuelle.
Gratuit pour tous les agents du CNRS et du CEA et pour les personnels travaillant dans les unités affiliées à ces organismes, ce service est également accessible aux industriels par abonnement. Autre nouveauté : la newsletter mensuelle, dont chaque abonné peut personnaliser le contenu en paramétrant les thématiques qui l’intéressent.

Octobre 2016

Véhicule autonome : des algorithmes à réinventer

Le principal obstacle technique au futur véhicule 100 % autonome ? Ses besoins en puissance de calcul seront tels qu’il faudra le remplir de puissants ordinateurs ! Voilà pourquoi une équipe Leti développe depuis trois ans une solution de rupture. Elle remplace les algorithmes actuels, issus de la robotique, par de nouveaux conçus spécifiquement pour le véhicule autonome.
Ils sont capables de fusionner et d’interpréter des données issues de trois technologies de capteurs en moins de 50 millisecondes. Ils utilisent une nouvelle arithmétique dite « parcimonieuse », d’où des besoins en calcul divisés par 100. Ils font déjà l’objet de deux brevets et suscitent beaucoup d’intérêt à chaque présentation publique : salon DAC 2016 en juin au Texas, forum européen le 15 octobre à Bruxelles, salon Vision en novembre à Stuttgart…

BigClouT invente la ville intelligente

Avec Tsukuba, Fujisawa et Bristol, Grenoble Alpes Métropole est l’une des agglomérations pilotes du projet Europe-Japon « BigClouT » que le Leti coordonne. Le but ? Développer et valider d’ici 2019 des applications pour les villes intelligentes, sur une plateforme logicielle ouverte capable de traiter des volumes massifs de données provenant de capteurs urbains : météo, pollution, circulation…
Pour y parvenir, le Leti améliore son middleware sensiNact*. Il agrège des données intelligentes et les met à la disposition de la communauté afin de créer des applications pour la ville de demain. Exemple : à Grenoble, l’objectif est de mesurer l’impact sur l’économie locale des congrès comme Semicon et des zones d’activités. Ceci afin d’optimiser les services proposés : restauration, commerce, mobilité…

 

Juin 2016

Le CEA consacre 2 journées à la mobilité durable

Pour leur 6e édition, qui coïncidera avec le 60e anniversaire du CEA Grenoble, les Journées Mobilité Durable se dérouleront les 23 et le 24 septembre à MINATEC. Le vendredi, destiné en priorité aux entreprises et aux collectivités, sera studieux : 2es Assises nationales des plans de mobilité, auxquelles Ségolène Royal est invitée, puis Rencontres sur le thème des mobilités innovantes. Remise des trophées et cocktail des 60 ans clôtureront la journée.
Le samedi sera dédié au grand public et aux familles des collaborateurs CEA, dans le cadre de la Journée portes ouvertes des 60 ans. De nombreuses animations sont prévues au Village de la mobilité : essais de véhicules électriques, réparation de vélos, parcours en fauteuil roulant, expérimentation de la voiture-tonneaux : il y en aura pour tous les goûts !

GIANT accueille le High Level Forum 2016

Pour la 3e fois en 5 ans, c’est à Grenoble que se tiendra le High Level Forum initié par GIANT en 2012 afin de permettre aux décideurs internationaux de l’innovation (recherche, éducation, industrie et autorités publiques) de renforcer leurs collaborations. Une centaine de personnes issues de 25 campus innovants d’Asie, d’Europe, d’Amérique et du Moyen-Orient sont attendues.
Après un dimanche récréatif, le forum se tiendra les 26 et 27 septembre autour du thème « Collaborative creativity ». À partir des expériences présentées, les participants réfléchiront aux enjeux de la collaboration, notamment en termes de vitesse et de qualité d’enrichissement des projets innovants.
Cette année, plus de 200 étudiants, chercheurs et industriels grenoblois seront conviés au forum, ainsi que la presse. Un rapport sera publié.


Avril 2016

Un micro-écran 1000 fois plus brillant pour la réalité augmentée

Le micro-écran du CEA-Leti présenté en début d’année au CES de Las Vegas était remarquable à deux titres. D’abord, son niveau de luminance, 1000 fois supérieur à celui d’un micro-écran actuel: même en plein soleil, l’image reste visible. Ensuite, ses pixels au pas de 10 microns : de quoi afficher des vidéos haute résolution.
Ce prototype est destiné à des lunettes de réalité augmentée. L’utilisateur verra simultanément le paysage et des informations visuelles en superposition. La brillance, exceptionnelle, est due à l’utilisation de LED au nitrure de gallium, connues pour leur excellent rendement. Pour alimenter un par un chacun des pixels, il a fallu recourir à une nouvelle méthode d’hybridation, la technologie micro-tubes. Cette double avancée, menée avec le III-V Lab, a fait l’objet de 12 brevets.

BCI et tétraplégie : le recrutement des patients a commencé

Le professeur Alim-Louis Benabid a reçu l’autorisation du CHU Grenoble-Alpes et des autorités réglementaires pour démarrer le protocole de recherche clinique « BCI* et tétraplégie » à Clinatec.
L’objectif de ce protocole est de montrer la faisabilité du pilotage de plusieurs degrés de liberté d’un exosquelette, grâce à un implant de mesure de l’activité corticale, chez un handicapé tétraplégique atteint d’une lésion traumatique de la moelle cervicale. Le recrutement des cinq patients est en cours.
Le CEA-Leti, partie prenante de ces travaux, a conçu un implant chronique de mesure des ElectroCorticoGrammes, Wimagine®, unique au monde. Cet implant, placé en surface du cortex, doit transmettre les signaux corticaux de manière fiable pendant plusieurs années.


Février 2016

De la RFID très haut débit pour le passeport électronique

Des équipes du CEA Leti ont développé un lecteur et un ASIC pour la réception de données RFID jusqu’à 27,12 Mb/s, selon la norme ISO 14443-amd5. Parmi les applications de cette nouvelle technologie, le passeport électronique, qui stocke de plus en plus d’informations : données biométriques, protocoles sécurisés… Demain, avec le passeport électronique de 4e génération, les visas pourraient même être enregistrés sur la puce.
Les principales difficultés portaient sur la linéarité du récepteur à de tels débits et sur la qualité de la communication ; elle a nécessité le recours des techniques de traitement du signal à l’état de l’art. Ces résultats ont fait l’objet d’une publication internationale. Deux dépôts de brevets sont en cours.

 

 

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus
X