Bioréacteur microfluidique pour l’analyse in-situ de vésicules extracellulaires sécrétées par des organoïdes

Publié le : 14 mars 2021

Les vésicules extracellulaires (VE) sont aujourd’hui reconnues comme des vecteurs de matériel biologique capables de transférer ce contenu entre cellules et de contribuer aux mécanismes de communication intercellulaire qui conduisent par exemple à la prolifération de tumeurs dans le cadre du cancer. En revanche, la plupart des études mises en œuvre aujourd’hui sont conduites sur des échantillons de populations cellulaires présentant des hétérogénéités qui introduisent des biais dans les analyses. De plus, les sources d’EVs sont issues très généralement de culture cellulaire bidimensionnelle faiblement représentative du microenvironnement de la matrice extracellulaire in vivo dans les tissus ou les organes. A l’inverse, les organoïdes dérivés des patients ont déjà prouvé qu’ils récapitulaient fidèlement de nombreux traits de la maladie des patients, y compris l’hétérogénéité génétique et la réponse au traitement. Dans ce sujet de thèse on propose le développement d’un système permettant l’isolement d’un ou plusieurs organoides dans un bioréacteur microfluidique, combiné à des moyens de collecte, concentration, et capteurs nanomécaniques pour permettre l’analyse in-situ du taux de sécrétion des VEs et recueillir leur signature biophysique, avec en perspective de nouvelles approches thérapeutiques basées sur le suivi de cinétique de sécrétion des VE sur organoides dérivés de patients

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus
X