Innovation et société – Les faits marquants 2018

Décembre 2018

Epilepsie : et si le froid stoppait les crises ?

Le froid peut modifier de façon réversible l’activité de neurones, comme ceux impliqués dans une crise d’épilepsie. Mais comment en produire dans des zones profondes du cerveau et évacuer la chaleur générée par cette production de froid? Clinatec planche sur le sujet avec le programme Carnot Exploratoire Epicool.
Le dispositif final mesurera moins de 3 mm de diamètre et évacuera son énergie sous forme de lumière, et non de chaleur. Implanté dans le cerveau, il détectera les prémices de la crise d’épilepsie et déclenchera la production de froid, jusqu’au retour à la normale.
A ce stade très exploratoire, les essais visent à évaluer la faisabilité technologique (dimensionnement, etc.). La preuve de concept a permis de lever plusieurs verrous technologiques. L’équipe de Clinatec travaille sur la miniaturisation.
Contact : nicolas.aubert@cea.fr

Coup d’envoi pour le Digital Innovation Hub d’Auvergne – Rhône-Alpes

Accompagner la transition numérique des acteurs économiques de la région, en s’appuyant sur les filières d’excellence du territoire. C’est l’ambition du nouveau hub d’innovation numérique « minaSmart Auvergne-Rhône-Alpes », que le Leti présente le 4 décembre à Vienne (Autriche). Il devrait bénéficier à la fois de financements de la région Auvergne – Rhône-Alpes et de la Commission Européenne, qui souhaite labelliser ce type d’initiatives sous le label European Digital Innovation Hubs.
Le CEA, l’INRIA, Minalogic, l’Université Grenoble Alpes et La Région sont les membres fondateurs. Articulé autour de plateformes technologiques et logicielles et du « Campus Région du Numérique », minaSmart Auvergne-Rhône-Alpes accompagnera les entreprises sur tous les aspects de la transition numérique : logiciels, hardware et usages.
Contact : laurent.herault@cea.fr

150 séniors expérimentent ACTIVAGE en Isère

Coordonné en France par l’IRT Nanoelec et le département de l’Isère, le projet européen ACTIVAGE est désormais entré en phase d’expérimentation. D’ici avril 2020, 150 personnes âgées vont tester pendant un an des solutions numériques adaptées à leurs besoins. Elles sont construites autour d’une tablette tactile, d’une passerelle (gateway) et de détecteurs pour la sécurité domestique et le confort. Elles sécurisent la vie au domicile des personnes fragiles et facilitent le soutien des aidants.
Ces solutions seront également déployées dans des chambres d’une clinique d’Echirolles pour accompagner les équipes soignantes. Avec le CEA et STMicroelectronics, l’IRT Nanoelec a spécifié et sécurisé la passerelle afin d’assurer la bonne gestion des données des capteurs et le respect du contexte réglementaire (RGPD).
Contact : isabelle.chartier@cea.fr

 

Octobre 2018

Bâtiment open innovation center CEA : l’innovation en résidence

Associer la R&D technologique, l’identification de nouveaux usages et celle de business models innovants. Tel est l’objectif de l’open innovation center CEA, dont la première pierre a été posée le 25 septembre en présence de représentants de ses trois financeurs*.
Dans ce bâtiment de 3 300 m2, les équipes projets seront accueillies en résidence (ex : 2 jours par semaine pendant 4 mois) sur des plateaux reconfigurables. Elles comprendront des experts CEA en technologies, en marketing et en usages, ainsi que des collaborateurs de l’entreprise partenaire pour les projets industriels.
Les projets porteront sur de nouveaux produits/services, des technologies émergentes ou des thématiques multi-technologies. Certains ont déjà débuté, par exemple une résidence sur l’impression 3D avec HP.
Contact : celine.soubeyrat@cea.fr

Les nouveaux matériaux imprimés versant artistique

Que peuvent créer une chorégraphe, un scénographe de théâtre ou une compagnie d’arts de la rue autour des nouveaux matériaux imprimés ? Le photovoltaïque souple, l’encre conductrice, les matériaux à retour haptique peuvent-ils donner naissance à des œuvres ? Réponse du 15 au 19 octobre, avec un workshop piloté par l’atelier Arts Sciences où des artistes travailleront avec des designers, des étudiants et des chercheurs. Le concept le plus porteur issu de l’atelier bénéficiera d’une résidence artistique de 18 mois afin d’aboutir à une œuvre. Celle-ci sera notamment présentée à EXPERIMENTA 2020.
Le CEA, coordinateur du projet européen Prestige sur les nouveaux matériaux imprimés, est à l’origine de cette initiative. Prestige vise plus largement l’intégration de ces matériaux dans des produits grand public.

 

Juin 2018

Ideas Days 2018 : l’innovation au service du climat

Ideas Laboratory a organisé les 3 et 4 juillet la troisième édition de ses Ideas Days, consacrée aux technologies pour le climat. Quatre séances plénières et une quarantaine de conférences de 30 minutes ont jalonné ces journées de rencontre destinées aux professionnels. Elles ont été animées par des spécialistes en bâtiment, agriculture, milieux naturels, mobilité, biomimétisme, robotique, intelligence artificielle, santé etc.
En parallèle, des personnalités comme l’explorateur Jean-Louis Etienne ou l’alpiniste et aventurière Laurence de la Ferrière ont apporté un autre regard, forcément décalé, sur les enjeux climatiques. Les Ideas Days restent ainsi fidèles à leur vocation : inspirer, éclairer les dernières tendances de la société et favoriser le partage, dans une ambiance conviviale.
Contact : frederique.chartrand@cea.fr

 

Avril 2018

Innovation : le CEA toujours dans le top 100 mondial

Pour la 7e année consécutive, Clarivate Analytics (ex Reuters) place le CEA parmi les 100 premiers acteurs mondiaux de l’innovation. Seulement deux autres organismes de recherche figurent dans ce classement, les instituts Fraunhofer et l’ITRI à Taïwan. Tous les autres acteurs sont des entreprises, dont six françaises : Alstom, Arkema, Safran, Saint Gobain, Thalès et Total.
Ce top 100 mondial est basé sur l’activité brevets et la stratégie de propriété intellectuelle des organismes : nombre de dépôts et d’extensions, taux de succès etc. Le CEA est particulièrement actif puisqu’il a déposé 762 brevets prioritaires l’année dernière, en légère augmentation par rapport aux 743 brevets de 2016. Grenoble est de loin le centre CEA le plus important, avec plus des trois quarts de ces dépôts.
Contact : isabelle.rivat@cea.fr

À Phelma, les étudiants contribuent à « Partager la science »

Destinée à transmettre le goût des sciences aux scolaires, la 2e édition de l’opération « Partager la Science » est en grande partie orchestrée par des élèves de Grenoble INP – Phelma dans le cadre pédagogique du projet de 1re année.
Certains d’entre eux ont animé des séances de manipulation scientifique. Six autres étudiants préparent le colloque de clôture, ouvert à tous, qui se déroulera le 17 mai après-midi à MINATEC. Il réunira toutes les parties prenantes, parmi lesquelles 30 élèves de primaire et 20 lycéens. Au programme : des ateliers d’expérimentation, des retours d’expérience sur les séances de l’année, une conférence et un show de vulgarisation scientifique. Entièrement réalisé par un quatuor d’étudiants, ce show s’appuiera sur la technique d’illusion d’optique du fantôme de Pepper.
Contact : aurelien.kuhn@phelma.grenoble-inp.fr

Connaissez-vous la Presqu’Île artistique ?

Vous n’aviez peut-être jamais pensé faire une balade culturelle autour de MINATEC et pourtant, c’est possible ! Pour valoriser le patrimoine de ses sites, la Communauté universitaire Grenoble Alpes a lancé en 2017 le projet Campus des Arts. Le site Internet dédié recense la quarantaine d’œuvres d’art des campus grenoblois et propose des parcours-découverte dont les guides sont téléchargeables. D’une durée de 1 h 30, le parcours piéton intitulé « Campus Ouest » démarre quartier gare, à l’IUT, pour s’achever au LPSC, situé rue des Martyrs, au niveau de l’arrêt de tram Presqu’île. Vous pourrez ainsi découvrir cinq œuvres de formes variées : peinture, mosaïque, sculpture… Elles ont été réalisées par des artistes contemporains à qui l’Université a commandé une création dans le cadre de la loi sur le 1 % artistique.
http://campusdesarts.fr/

 

Février 2018

Un bracelet pour diagnostiquer l’apnée du sommeil à domicile

Rythme cardiaque et respiratoire, niveau de stress, saturation en oxygène du sang : ces paramètres nécessaires pour diagnostiquer l’apnée du sommeil peuvent désormais être mesurés par un simple bracelet. Le Leti vient de présenter cette innovation au CES 2018 et collabore avec des partenaires industriels pour la diffuser auprès des professionnels de santé.
La solution comprend le bracelet, avec son capteur optique et son capteur électrique, et le logiciel d’interprétation des données. Les résultats, stockés dans une mémoire, sont transmis au médecin via un PC ou un smartphone. Une pré-étude sur 60 personnes menée avec le CHU de Grenoble et l’INSERM a montré que 90 % des événements respiratoires significatifs pourraient étaient détectés par le bracelet. Assez pour établir un pré-diagnostic des apnées du sommeil.
Contact : pierre.jallon@cea.fr

 

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus
X