Éducation – Les faits marquants 2019

 Décembre 2019

Grenoble INP : la filière SICOM évolue

Commune à Grenoble INP – Phelma et à l’Ense3, la filière Signal, Image, Communication et Multimédia (SICOM) forme des ingénieurs capables de développer des projets dans lesquels interagissent le traitement du signal, l’électronique et l’informatique.

Après dix ans d’existence, la maquette pédagogique a évolué pour accorder plus d’importance à la science des données et à l’intelligence artificielle.

Deux parcours ont été mis en place : «DataScience pour Image, Multimédia, Audio & Communication» (en français pour le moment) et «DataScience for Energy, Environment & Health» (en anglais).

Ces nouveautés confortent le positionnement original de la filière. Son approche «du capteur à la décision», plus globale que celle des cursus centrés seulement sur l’informatique et les mathématiques, répond aux attentes des industriels.

Contact : bertrand.rivet@grenoble-inp.fr

Concours international iGEM : un bon bilan pour l’équipe grenobloise

Fin novembre à Boston, le projet Neurodrop conçu par les étudiants grenoblois, dont quatre élèves de Grenoble INP – Phelma, a été salué par le jury du concours international de biologie synthétique iGEM.

Neurodrop est un kit de détection de la maladie de Parkinson à partir d’une larme. Il a été nominé dans trois catégories : Best diagnostic project, Best composite part et Best software tool. De plus, il a obtenu comme 162 autres équipes (sur 340 engagées) la médaille d’or attribuée aux projets ayant répondu à toutes les exigences du cahier des charges du concours.

L’équipe grenobloise ne prévoit pas de pousser plus loin le développement de sa technologie. Mais elle a librement mis en ligne tous ses travaux pour ceux qui souhaiteraient la développer.

Contact : pierre.bouvet@grenoble-inp.org

 

Octobre 2019

Seconde thèse en co-tutelle pour l’IRIG et Tsukuba

L’IRIG et l’université japonaise de Tsukuba viennent de lancer une seconde thèse en cotutelle, sur le déplacement ultrarapide de parois magnétiques par effet de transfert de spin dans un nitrure de manganèse (Mn4N). Une première thèse a en effet abouti à des résultats prometteurs. Des échantillons réalisés au Japon ont été envoyés à Grenoble. Ils ont permis de déplacer des parois à des vitesses de 700 à 800 m/s, de manière reproductible.

Le transfert de spin simple sur des parois avait été étudié dans le monde entier entre 2000 et 2010 puis délaissé au profit des couples spin-orbite. Il revient sur le devant de la scène grâce à la qualité cristalline du Mn4N obtenu par croissance épitaxiale à Tsukuba. A terme, ces recherches pourraient être exploitées dans de nouvelles mémoires magnétiques.

Contact : jean-philippe.attane@cea.fr

Théano Karatsori, une jeune chercheuse qui décolle !

Neuf publications, cinq papiers en conférence pendant sa thèse et depuis cet été, le prix de thèse de la section Électronique du Club EEA* : Théano Karatsori, aujourd’hui post-doc au Leti, démarre sa carrière sur les chapeaux de roues ! La jeune femme a été distinguée pour ses travaux sur la caractérisation et la modélisation de transistors MOSFET sur SOI, lors de leur passage à l’échelle nanométrique (28 et 14 nm). Ses études de variabilité et de fiabilité, ainsi que les modèles développés, se sont avérés précieux pour l’industrie.

Après sa thèse à l’Imep-Lahc, Théano Karatsori a effectué un post-doc d’un an sur la caractérisation d’une technologie d’intégration 3 D. Au Leti, qu’elle a rejoint en août, elle se penche sur la modélisation du qubit en silicium des futurs ordinateurs quantiques.

Contact : theano.karatsori@cea.fr

 

Juin 2019

À Grenoble INP – Phelma, la dynamique internationale s’amplifie

Afin que 100 % des étudiants expérimentent la mobilité, Phelma étend son réseau de partenaires internationaux à un rythme très soutenu. Plusieurs nouveaux accords de doubles diplômes seront opérationnels dès la rentrée 2019 avec la Chine (IFCEN*- Sun Yat-Sen), la Tunisie (École nationale d’ingénieurs de Tunis) et le Liban (Lebanese University-Beyrouth). Cela porte à plus de 70 le nombre de doubles diplômes proposés par Phelma.

Par ailleurs, les accords d’échanges se développent avec des destinations inédites comme la Malaisie (UT-Petronas) ou la Russie (ETU-Saint-Pétersbourg). Phelma s’implique enfin dans d’autres types de partenariats incluant des échanges. Elle coordonne par exemple Brafisat, un nouveau projet de coopération scientifique franco-brésilienne dans le domaine des micro et nano satellites.
*Institut franco-chinois de l’énergie nucléaire

Contact : anne-marie.bona@phelma.grenoble-inp.fr

Etudiants entrepreneurs : 4 projets en cours à Phelma

Créé en 2014 par l’Etat, le statut d’étudiant entrepreneur continue à faire des émules à Grenoble INP – Phelma. Quatre projets portés par cinq étudiants de 2e ou de 3e année sont en cours. Ils bénéficient du soutien d’OZER, un pôle d’accompagnement dédié, mais aussi d’aménagements pédagogiques, d’un suivi par deux tuteurs etc.

Le projet le plus avancé est Reveho, qui porte sur une guitare de voyage démontable, modulaire et auto-amplifiée. Alexandre Albisser, son promoteur, en est à son deuxième prototype. Le projet Solar Solution étudie un drone solaire à l’autonomie illimitée. Culture Jo’ développe un jeu culturel qui associe un plateau et une application. Enfin, Glob’Ems cherche à centraliser dans un système électronique les paramètres de fonctionnement (régime moteur, températures…) et les fonctions d’une moto.

Contact : christian.guicherd@grenoble-inp.fr

 

Février 2019

Phelma grimpe de cinq places dans le palmarès 2019 de L’Étudiant

19e au classement général, Phelma a progressé de cinq rangs dans le dernier palmarès de L’Étudiant qui passe au crible 174 écoles d’ingénieurs.

En matière d’excellence académique, Phelma est au même niveau que Polytechnique. Une place de choix qui s’explique notamment par la présence de nombreux enseignants-chercheurs titulaires d’une HDR* (Habilitation à diriger des recherches).

La dimension internationale de l’école s’est également accrue. 98 élèves étrangers ont été accueillis, contre 70 l’an passé. 124 étudiants ont obtenu un double diplôme auprès d’un établissement étranger partenaire, contre 94 en 2018.

Côté salaires, Phelma est 2e dans les secteurs des TIC et de l’énergie, avec une rémunération médiane comprise entre 36 000 € et 40 000 €. À noter enfin, l’impact des admissions parallèles et de l’apprentissage qui renforcent l’ouverture de l’école.

Contact : alexis.sableaux@phelma.grenoble-inp.fr

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus
X