Vie de campus – Les faits marquants 2019

 

Décembre 2019

L’Académie des sciences distingue Catherine Picart

Professeure à Grenoble INP-Phelma, chercheuse au LMGP et détachée depuis le 1er septembre pour prendre la direction du département Santé d’IRIG, Catherine Picart a reçu le 15 octobre le prix Émilia Valori 2019 de l’Académie des Sciences. Cette distinction récompense un ou une scientifique qui a apporté une « contribution significative dans un domaine susceptible d’avoir des applications technologiques ».
Les recherches de Catherine Picart rentrent sans équivoque dans ce cadre. Elles portent sur des films auto-assemblés de polyélectrolytes pour la régénération osseuse, la thérapie des cancers et les tests cellulaires in vitro haut débit. « J’espère qu’elles se traduiront à terme par des bénéfices pour les patients et des créations d’emplois » annonce l’intéressée, qui avait déjà reçu la médaille d’argent du CNRS en 2016.

Contact : catherine.picart@cea.fr

Hughes Metras a pris la direction de l’IRT Nanoelec

Prenant la suite de Michel Wolny qui va prochainement partir à la retraite, Hughes Metras dirige l’IRT Nanoelec depuis début septembre. Il était jusque-là responsable de partenariats stratégiques internationaux au sein du Leti.
Son arrivée coïncide avec l’entrée de l’Institut dans une seconde phase de développement, avec un modèle économique en évolution puisque la part de financement public aux projets va diminuer.
La prochaine feuille de route (2021-2025) se structurera autour de trois axes applicatifs : l’image, la conversion d’énergie et la confiance numérique. Pour chacun de ces thèmes, l’IRT Nanoélec souhaite développer des partenariats d’amont en aval au sein du secteur des composants électroniques afin de renforcer le lien entre technologies et marchés applicatifs.

Contact : hughes.metras@cea.fr

Classe inversée à Phelma : quel bilan après un an ?

À Grenoble INP – Phelma, un cours d’électronique en 1A est passé en pédagogie inversée depuis un an pour dégager du temps « actif » en séance. Cette initiative revient à Fanny Poinsotte et Nicolas Ruty, qui ont consacré beaucoup de temps à réaliser des capsules vidéo contenant les aspects théoriques, à les médiatiser et à construire les séances actives.
Le bilan est positif, pour les enseignants comme pour les étudiants. L’ambiance en cours est agréable et favorise l’interactivité. Les étudiants sont motivés et progressent plus rapidement. Les enseignants ont davantage de temps pour repérer et accompagner les élèves en difficulté.
Côté résultats, les moyennes des étudiants en classe inversée ont été supérieures à celles des étudiants en cours conventionnel, avec un écart significatif : + 0,8 point sur 20.

Contact : nicolas.ruty@grenoble-inp.fr

 

Octobre 2019

Installations au BHT2 : MINATEC Entreprises a dépassé ses objectifs

Livré au printemps, le BHT2 vient d’accueillir ses tout premiers occupants : les collaborateurs du nouveau centre de R&D de la start-up Prophesee ont pris possession fin septembre d’un lot de 154 m2.
En collaboration avec le Leti, cette équipe va s’atteler à l’intégration, dans les véhicules autonomes, de la technologie neuromorphique de vision mise au point par la start-up.

eLichens et Diabeloop s’installent
Des travaux d’aménagements sont en cours pour deux autres entreprises qui s’installeront au BHT2 d’ici la fin d’année. Il s’agit de eLichens, une start-up partenaire du Leti qui conçoit des capteurs de gaz brevetés et des dispositifs d’analyse et de prédiction de la qualité de l’air. L’agencement des 320 m2 de locaux et l’équipement des laboratoires avancent ; les 25 salariés rejoindront le BHT2 fin novembre.
La dernière arrivée de l’année 2019 sera Diabeloop. La start-up, qui a développé un dispositif intelligent de gestion du diabète de type1 en partenariat avec le Leti, occupera entièrement le second étage (900 m2) où travailleront 50 personnes.
D’autres entreprises sont en discussion avec la SEM MINATEC Entreprises, qui assure la gestion du bâtiment. Si l’offre est attrayante (modularité des locaux, fourniture des fluides, services d’entretien et de surveillance…), il faut du temps pour finaliser le cahier des charges qui guide la personnalisation des locaux. Au mois de décembre, le taux d’occupation du BHT2 sera proche de 40 %. Un résultat satisfaisant puisque l’objectif initial était de 30%.

Contact : jp.boncristiano@minatec-entreprises.com

 

Salle blanche 300 mm : 13 nouveaux équipements en 2019

Le Leti poursuit à un rythme soutenu l’installation et la mise en service de ses équipements 300 mm. L’année 2018 avait été consacrée au scanner à immersion, qui représentait à lui seul environ 40% du budget du plan 300mm. En 2019, 13 équipements ont été accueillis ou sont en passe de l’être : machines de dépôt pour les imageurs et les mémoires, traitement thermique, collage, planarisation mécano-chimique etc.
Grâce à ce programme d’investissement, le Leti a déjà doublé en deux ans le volume de sa R&D 300 mm ; à terme, elle devrait représenter 50% de son activité. Des salariés qui travaillaient sur le 200 mm basculent sur le nouveau format, des recrutements sont menés en parallèle. Au total, plusieurs centaines de personnes sont concernées.

Contact : laurent.clavelier@cea.fr

 

Septembre 2019

Le professeur Benabid a présenté le 400e Midi MINATEC

Neurochirurgien et docteur en physique, le fondateur du centre de recherche biomédicale Clinatec a présenté la 400e édition des Midis MINATEC le 13 septembre 2019. Membre de l’Académie des sciences, le professeur Alim-Louis Benabid a notamment été distingué en 2014 par la Fondation Lasker, dont le prix est l’équivalent américain du Nobel. pour ses travaux sur la maladie de Parkinson. En 2016, il a reçu le Prix de l’Inventeur européen de l’Office européen des brevets (OEB) pour sa méthode de stimulation cérébrale profonde à haute fréquence qui réduit fortement les symptômes de la maladie. Depuis 2007, les Midis MINATEC ont totalisé 77 000 participants ! Le succès de ces conférences hebdomadaires ouvertes à tous ne marque aucun fléchissement puisqu’en 2019, chaque rencontre a rassemblé en moyenne 330 participants.

Contact : julie.spinelli@cea.fr

Juin 2019

LMGP : Daniel Bellet à la direction scientifique du Carnot Énergies du futur

Depuis le 1er mars, Daniel Bellet (LMGP, Phelma) a pris la suite de François Weiss en tant que directeur scientifique académique de l’Institut Carnot Énergies du Futur. Il partage cette direction scientifique avec son binôme du CEA-Liten, tutelle et partenaire de cet Institut Carnot.
Le LMGP pilote à ce jour deux projets Carnot, «Eco-Led» et «Free». Le premier porte sur des LED blanches à faible coût, performantes, facilement recyclables et produisant des éclairages confortables pour l’œil. Eco-Led s’est focalisé sur le couplage d’une LED-UV à une nouvelle génération de poudres de luminophores à base de poudres amorphes d’aluminoborates. Quant au projet « Free», il consiste à développer des générateurs d’énergie efficaces et durables. Ils convertissent l’énergie mécanique ambiante en électricité.

Contact : daniel.bellet@grenoble-inp.fr

Avril 2019

Les MINATEC Labs accueillent 100 chercheurs supplémentaires

Après deux ans de travaux, l’aile Vercors du bâtiment 10.05 est prête à accueillir ses occupants. Près de 100 chercheurs en nanoélectronique, nanophotonique et spintronique de DRF/IRIG prendront leurs quartiers sur ses trois niveaux à partir d’avril. Avec les 200 chercheurs déjà installés dans l’aile Chartreuse, les MINATEC Labs hébergeront alors la plupart des recherches en amont du numérique au CEA Grenoble. Sans compter les équipements de nanofabrication de la PTA* et les plateformes de chimie.
Les emménagements se poursuivront jusqu’à l’automne avec les équipes de nanoélectronique quantique. Leurs cryostats, parfois hauts de 3 mètres et instrumentés avec des mesures au mK près, seront délicats à transporter. Sur place, ils seront logés dans des fosses pour faciliter le maniement des cannes cryogéniques.
* Plateforme technologique amont

Contact : emmanuel.hadji@cea.fr

Février 2019

La Maison MINATEC, nouveau territoire d’expérimentation

Depuis janvier 2019, des capteurs de type internet des objets (IoT) sont testés à la Maison MINATEC. Ils mesurent la qualité de l’air, les mouvements de cloisons mobiles, le nombre de visiteurs etc. Les solutions, issues pour certaines du Leti, ont été industrialisées par des sociétés comme e-lichens, JYSE ou Adeunis RF. Ces dernières démontrent ainsi les bénéfices de leurs produits, les optimisent avant fabrication et crédibilisent leur offre sur un territoire réel.
Ce premier déploiement s’inscrit dans le projet « Territoires Solutions » porté par French Tech in the Alps, dont la vocation est de soutenir les start-up locales. D’autres territoires sont déjà identifiés pour mener des expérimentations sur des cas d’usages différents : logements sociaux, écoles, terrain de sport, zones agricoles et montagneuses etc.

Contact : pierre-damien.berger@cea.fr

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus
X