Vie de campus – Les faits marquants 2018


Décembre 2018

 IMEP-LaHC s’équipe d’un AFM pas comme les autres

Le nouvel AFM Bruker Icon installé depuis fin octobre à IMEP-LaHC propose les modes classiques de mesures topo graphiques, avec une résolution de l’ordre du nanomètre. Jusque là, rien de révolutionnaire. En revanche, il apporte au bassin grenoblois deux fonctionnalités nouvelles. D’abord, le mode « Data Cube », c’est-à-dire des mesures électriques et physiques point par point sur toute la surface d’un échantillon. Ce dernier peut ainsi être cartographié en termes de courant, de tension, de courbe de force etc.
Seconde nouveauté, le module SMIM* : l’analyse de la réflexion d’ondes incidentes à 3 GHz fournit la capacité et la résistivité d’un échantillon avec une résolution de 50 nm.
Ce nouvel AFM sera opérationnel dans quelques mois. Il est ouvert à des équipes extérieures dans le cadre de la plateforme Open RA.
Contact : mescot@minatec.inpg.fr

De la production d’hydrogène renouvelable à MINATEC

Entretien avec Etienne Vogt, directeur du Pôle Utilités Services (Engie)
Depuis octobre, vous fournissez au CEA et à la station véhicule implantée chez GEG de l’hydrogène produit par électrolyse de l’eau. Pourquoi cette innovation ?
Le déclencheur a été le projet grenoblois Hyway, démonstrateur de la mobilité hydrogène, qui cherchait un partenaire pour produire de l’hydrogène renouvelable. Engie était déjà fournisseur du CEA en hydrogène et les besoins des salles blanches augmentaient. Nous nous sommes lancés dans la réalisation de notre première unité de production locale d’hydrogène renouvelable en France. Elle est à usage industriel et mobilité, et utilise l’électrolyse de l’eau.

L’innovation réside-t-elle dans le concept ou dans les équipements ?
Elle réside dans le concept : produire la totalité de l’hydrogène sur place, pour un usage combiné, et limiter la présence d’hydrogène d’origine fossile aux stockages de secours. En revanche, nous employons des équipements éprouvés : électrolyseurs alcalins, station de compression à 200 bar, purifieur de gaz … Notre mission est d’abord d’assurer une continuité de fourniture, sur une production annuelle qui avoisine les 70 000 m3 par an.

Quel retour d’expérience à ce jour ?
Sur le plan technique, la construction s’est bien passée. En revanche, nous avons perdu un an pour satisfaire aux exigences réglementaires de sécurité. C’est un frein important au développement de la filière hydrogène.
L’activité a pris sa vitesse de croisière, mon équipe a la centrale en main. Nous avons la satisfaction de produire de l’hydrogène local, renouvelable et en prime, moins cher que l’hydrogène fossile livré en bouteilles.

Contact : etienne.vogt@engie.com

 

Novembre 2018

MEMS-Al et NanoAndes se tiennent en parallèle au Mexique

Fin novembre, les écoles MEMS-Al et NanoAndes – soutenues l’une ou l’autre par l’UGA (IDEX), le CNRS, la fondation Nanosciences, la Puya Internationale et le CEA – se sont déroulées conjointement à Monterrey (Mexique). Des enseignants-chercheurs grenoblois sont intervenus aux côtés de leurs pairs d’Amérique Latine et d’industriels.
MEMS-Al est axée sur les micro et nanosystèmes, abordés à travers la théorie, les technologies et les applications (IoT et Big Data). NanoAndes, quant à elle, étudie la synthèse et la caractérisation des nanomatériaux ou films minces, ainsi que leurs applications pour la santé et l’énergie.
Chaque école accueille 50 étudiants d’Amérique Latine. Une journée commune permet à tous de prendre conscience que les nanosciences/nanotechnologies ne peuvent se passer du numérique, et réciproquement.
Contact : robert.baptist@cea.fr

 

Octobre 2018

Un analyseur de réseaux 4 ports 145GHz au CIME Nanotech

Grenoble-INP Phelma a accueilli le 6 septembre le séminaire d’inauguration d’un analyseur de réseaux Anritsu unique en France. Doté de 4 ports, il couvre une gamme de fréquences allant du continu jusqu’à 145 GHz. Il permet de caractériser des composants et circuits tels que les amplificateurs, coupleurs, diviseurs, diplexeurs, etc. En ligne de mire : la 5 G, l’internet des objets, l’imagerie ou les radars automobiles.
Un prototype de cet équipement avait été testé en 2016 à l’IMEP-LaHC. Sa version finalisée, hébergée au CIME Nanotech, a été financée sur fonds IDEX UGA, CEA et sur les contrats du nouveau laboratoire RFIC-Lab. Un partenariat fort se noue ainsi entre Anritsu et ces acteurs grenoblois. L’analyseur de réseaux pourra être utilisé par des chercheurs du monde académique ou par des industriels.
loic.vincent@cime.grenoble-inp.fr

 

Juin 2018

Mina-News publie son 50e numéro

Ce numéro de juin 2018 est un peu particulier. Il s’agit en effet du 50e numéro de Mina-News. Le journal du campus MINATEC enchaine les parutions depuis octobre 2008, en français et en anglais, au rythme de cinq numéros par an. Au total, plus de 1200 articles ont été publiés !
Les thématiques sont restées les mêmes : innovation technologique, actualité des équipes, nouveaux équipements, création de start-up, collaborations transversales… En revanche, le lectorat s’est élargi : il compte aujourd’hui plus de 10 000 destinataires, dont au moins un tiers extérieurs à MINATEC.
Pour marquer cet anniversaire, nous avons choisi 10 sujets parus dans les premiers numéros, puis enquêté pour savoir où ils en étaient dix ans plus tard.
Contact : julie.spinelli@cea.fr

Et si vous travailliez autrement dans la salle Chrome5 ?

Jusqu’ici, rien ne distinguait la salle Chrome5, au 1er étage de la Maison MINATEC, des salles de réunion habituelles … Mais tout a changé depuis son réaménagement fin mai ! Cette pièce destinée aux acteurs du monde scientifique et industriel qui souhaitent se rencontrer est unique dans son genre sur le site.
D’une superficie de 36 m2, elle peut accueillir une douzaine de personnes au sein de trois environnements différents. Ambiance décontractée d’abord côté salon, près des baies vitrées, avec canapés, poufs boule, table basse et lampadaire. Atmosphère créative ensuite autour de la table haute et des tabourets colorés qui évoquent un bar branché. Climat plus studieux enfin, autour d’une table insolite à 12 côtés. A noter également, cette salle innovante dispose d’un grand écran tactile et d’un tableau blanc interactif.
Contact : audrey.scaringella@cea.fr

Les travaux du bâtiment OIC ont débuté

Vous avez peut-être aperçu les terrassements place Nelson-Mandela : les travaux du bâtiment Open Innovation Center (nom provisoire) ont débuté en mai, pour une livraison prévue mi-2019. Cet immeuble de 3500 m2 sur trois niveaux accueillera 70 personnes. Il hébergera les activités d’innovation collaborative de CEA Tech, en particulier le showroom et un atelier de prototypage. Sur le plan architectural, on notera l’habillage des niveaux supérieurs par une toile micro perforée qui contrastera avec le béton brut du rez-de-jardin.
Sur le plan énergétique, le bâtiment a été conçu pour consommer 20 % de moins que la norme RT 2012 en vigueur, conformément au standard fixé par la ville pour la ZAC Presqu’Ile. Sa production de chaud et de froid sera assurée intégralement par un système de géothermie.
Contact : remi.renzoni@cea.fr

 

Avril 2018

Le BHT2 sort de terre

À l’entrée sud de la Presqu’Île, rue Félix-Esclangon, on peut désormais voir progresser les travaux de construction du nouveau bâtiment de hautes technologies, le BHT2, dont la livraison est prévue au printemps 2019.
Rappelons que ce bâtiment HQE s’élèvera sur cinq niveaux comprenant des locaux de 50 à 900 m2 modulables en bureaux, laboratoires ou salles propres destinées à des activités de développement dans le domaine des micro-nanotechnologies, des biotechs, des medtechs et de l’énergie. Le BHT2 sera opérationnel dans un an. Il pourra accueillir des entreprises innovantes et des start-up titulaires d’un accord formalisé avec les acteurs de la recherche du campus MINATEC. Comme le BHT1, il interviendra en soutien au développement de la recherche technologique et contribuera à la dynamique du projet Nano 2022.
Contact : contactbht2@minatec-entreprises.com

 

En naviguant sur notre site, vous acceptez que des cookies soient utilisés pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts. En savoir plus
X